24/06/2004

QUI SONT LES COSAQUES ?

Epoque Bogdan2.jpg

À partir du XVIe siècle, les tsars russes font appel aux Cosaques (les hommes libres) pour la protection du territoire. Ces Cosaques sont des Russes orthodoxes, en majorité des militaires et des agriculteurs, vivant en communautés libres. Ils vendent en quelque sorte leurs services ; entre autres aux tsars russes, qui leur concèdent différents privilèges. À partir de 1775, les Cosaques forment en outre la Garde impériale russe.

Ils participent à de nombreuses campagnes militaires. La Bataille de Borodino (1812), la Bataille de Lützen et de Leipzig (1813), les campagnes contre les Turcs en 1828 et 1877-78 ou contre la révolte polonaise (1831 et 1836) et hongroise (1849) sont autant de faits marquants dans leur histoire.

 

LES COSAQUES SOUS LE DERNIER TSAR.

 

Il y avait 11 armées - peuples cosaques, établis tout au long des frontières russes :

(Par importance et date de création)

 

1. DON, 1570
2. OURAL, 1571
3. TEREK, 1577
4. KOUBAN, 1696
5. ORENBOURG, 1744
6. ASTRAKHAN, 1750
7. SIBERIE, 1760
8. TRANSBAÏKALIE, 1851
9. AMOUR, 1858
10. SEMIRECHENSK, 1867
11. OUSSOURI, 1889

Chaque territoire cosaque était réparti en Stanitsas (communes). 

 

Le service militaire était obligatoire pour tous les hommes, et ce pendant 20 ans, en commençant à l'âge de 18 ans. Les 3 premières années en centre d’instruction, les 12 années suivantes dans le service actif, et 5 dernières années comme réserves. Chaque Cosaque devait fournir son propre uniforme, son équipement et son cheval. Le gouvernement fournissait seulement les armes. En échange de leurs services leur territoire devenait leur propriété, à perpétuité.

La population totale des Cosaques en 1893 était de 2.648.049 habitants ( dont 1.331.470 femmes), et possédait presque 146.500.000 acres de terres. En période de guerre les 11 voiskos (armées cosaques) devaient  fournir 890 sotnias montées (escadron de 125 cosaques), et 108 sotnias d'infanterie, représentant environ 4267 officiers et 177.100 hommes, avec 170.695 chevaux.

Le Voisko de l’Oussouri était la plus jeune armée cosaque de l’empire russe(1889).

Les colons volontaires arrivaient des Voiskos de Transbaïkalie, Amour (eux-mêmes descendants des cosaques du Don, Kouban etc.) et recevaient une prime de l’état pour s’installer et créer  l’armée de l’Oussouri.

Quand la révolution russe éclate, les cosaques de l’Oussouri comptent à peine 28 années d’existence, c'est-à-dire trop peu pour se créer une histoire, une « ethnomusicologie » propre

 

 

 

Le groupe « EMCHANE », dont les sept membres sont d’authentiques descendants des anciens cosaques du Don et du Kouban exilés vers cette région de l’extrême-orient russe, nous fait connaître les chants anciens du répertoire des peuples cosaques de la Russie ancienne.Chants épiques, fêtes de village, noces, maniement du sabre, danses diverses, font partie du spectacle de l’ensemble Emchane

 

Epoque Bogdan6.jpg




12:39 Écrit par Yashko | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

hourra ! Yashko, bravo pour ton blog ! j ai hate de voir Emchane sur scene.
A bientot,
Andrei

Écrit par : andrei ivanov | 30/06/2004

Répondre à ce commentaire

bravo je suis arriere petit fils de cosaque j' ai eu la chance de connaitre mon arriere grand pere jusqu'à l'age de mes 16 ANS merci pour le blog riche en émotion il aurait sans aucun doute trouvé ton blog formidable.
encore merci longue vie au cosaque

Écrit par : borodine | 07/11/2006

Répondre à ce commentaire

Merci Moi aussi, je suis arriere petit fils de cosaques de Rostov sur le don, je n'ai malheuresement pas eu la chance de connaitre mon arriere grand père ni mon grand père et mon père est peu bavard... Ainsi grace à votre site, je peux avoir quelques informations sur la vie, les coutumes et les moeurs de mes ancêtres. Cordialement

Écrit par : aliocha ivanovitch aglobline | 03/07/2007

Répondre à ce commentaire

MERCI Moi aussi je suis également descendant des Cosaques du don.Mon arrière était Cosaque du Don né en 1897 il se nommé TRIFON ALEXIOVITCH VARLAMOFF.Je suis très fière de cela.

VARLAMOFF David

Écrit par : VARLAMOFF | 26/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.